les 26 et 27 janvier 2019 JOURNÉES ANDRÉ DE RICHAUD avec Denis Bernet-Rollande

Bernet-Rollande, de Richaud BD.jpg

samedi 26 janvier à 11h, À LA LIBRAIRIE LE BLEUET (BANON)

lecture/rencontre

dimanche 27 janvier à 15h AU GRAND SAULT

JE NE SUIS PAS MORT , spectacle joué et mis en scène

par Denis Bernet-Rollande

JE NE SUIS PAS MORT

Ce texte datant de 1964 est une bouteille à la mer lancée par André de Richaud. Écrivain reconnu et fêté dès sa jeunesse, il avait alors disparu. On n’entendait plus parler de lui depuis une dizaine d’années. Il avait connu le succès avec des romans comme La fontaine des lunatiques ou la Barette rouge, et avec des essais, de la poésie ou des nouvelles. Puis il avait moins écrit, et puis plus du tout. Il aimait l’ivresse et il avait bu, tout bu. Ses fidèles amis, dont Michel Piccoli, lui avaient ouvert un compte en banque. L’un d’eux, médecin, l’hébergeait dans la maison de retraite qu’il dirigeait en Suisse. André s’y sentait seul et abandonné. C’est là qu’il écrit ce texte plein d’humour noir. La publication de Je ne suis pas mort par son éditeur Robert Morel fit grand bruit, le succès revint et de Richaud put sortir de l’hospice de vieillards de Vallauris et reprendre sa vie et sa plume avec La création du monde, un récit où Dieu, le septième jour, crée le vin !

Richaud.jpg

La poésie américaine avec Yves di Manno et André Markowicz, rencontre et lectures musicales

P1050971.JPG

En partenariat avec la librairie Le Bleuet à Banon, nous nous réunirons autour d' Yves di Manno et de son livre Objets d'Amérique http://www.jose-corti.fr/titres/objets-d_amerique.html, 

et d'André Markowicz à l'occasion de la parution de sa traduction du livre de Charles Reznikoff

La Jérusalem d'or (à paraître en octobre 2018 aux Editions Unes)

AVT_Andre-Markowicz_5010.jpeg

11h Librairie Le Bleuet à Banon

Rencontre avec Yves di Manno et André Markowicz

 

19h Le Grand Sault, à Sault, Mas du Cler (voir plan d'accès sur le site)

Lectures musicales, rencontres, échanges

avec Yves di Manno et André Markowicz

Lectures par Muriel Claude et Anne Calas accompagnées du musicien Patrick Reboud.

éventuellement d'autres lecteurs, à suivre…

 

a2ec42175710dcaf3db02ce95f1b0ed5--buckminster-fuller-blue-ridge-mountains.jpg
A6©-07-09-18.jpg
Objets-d_amerique-Di-Manno.jpg

Qu’est ce qu’un poète, demande-t-on à William Carlos Williams ?

 

un homme

dont les mots

            mordent

                        droit

au but—bien réels

pétris

            de mouvement

(The wind increases)

 

et qu’est ce qu’un poème?

 

tout est dans

le son. Un chant

rarement un chant—ce devrait

 

être un chant—fait de

détails, des guêpes

une gentiane—quelque chose

d’immédiat, des ciseaux

 

ouverts, les yeux

d’une femme s’éveillant

centrifuge, centripète

(The poem)

 

Réhab Méhal en résidence d'écriture théâtrale

Réhab MEHAL.jpg

Note d'intention

J'ai écris et mis en scène deux seule-en-scènes El Kouds et Sur le Chemin.  
Ce sont les deux premiers volets du triptyque La Réconciliation  qui porte sur l'interculturalité et l'identité multiple.
J'ai écrit ces deux premiers spectacles dans l'intimité de ma chambre, dans l'urgence et la nécessité de dire et de raconter. Pour l'écriture du troisième volet, La Fille du Sacrifice, j'ai pu apprécier les bénéfices d'une première résidence d'écriture au Libitum  dans le Vaucluse, en juin dernier.
Suite à cette expérience positive je me suis lancée dans la recherche de résidence d'écriture. Les prochaines seront à La Fabrique de Théâtre et  à Mariemont en Belgique.
La Fille du Sacrifice est également Lauréate de bourse d'aide au projet de la SACD. Bien qu'il s'agisse d'une petite bourse, elle me permet de pouvoir financer les différents déplacements liés à ce projet.

Cette année, en parallèle à cette écriture, je développe un premier projet de "roman" Chroniques d'une TransNationale où l'on suit le personnage Itô Smeteke, de ses 5 à 40 ans. Cet OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) comme je le nomme, est  à la croisée des genres entre science fiction, fantastique et rapport au réel. Je le développe dans le cadre de l'Atelier des écritures contemporaines de l'école d'art La Cambre à Bruxelles, qui se déroule de septembre 2017 à juin 2018.

Le féminin, le désir et le temps, une exposition collective

 Mathilde de Galbert

Mathilde de Galbert

l'exposition collective installée à l'occasion de la rencontre du 10 mars, LE FÉMININ, LE DÉSIR ET LE TEMPS avec Marie de Hennezel, se poursuivra du 1er  au 8 avril puis du 2 au 8 mai 2018

SUR RENDEZ-VOUS.

oeuvres de:

Ann Hamilton, Anne Mourier, Mathilde de Galbert, Jean de Breyne, Abraham Hadad, Francis Marshall, Anne Calas

vous pouvez nous joindre au 0660803873 ou par mail à contact@legrandsault.com

 Jean de Breyne

Jean de Breyne

 Anne Mourier

Anne Mourier

LE FÉMININ, LE DÉSIR ET LE TEMPS avec Marie de Hennezel le 10 mars 2018 rencontre, lectures musicales et exposition collective

DeHENNEZELm_OPALE52921_5.jpg
417u-i0uQIL._AC_US327_QL65_.jpg

11h Café Littéraire à la librairie Le Bleuet à Banon. La conversation aura lieu principalement autour de deux livres: L'âge, le désir et l'amour et Croire aux forces de l'esprit (Ed Pocket)

19h Rencontre et lectures musicales au Grand Sault (Mas du Cler) d'extraits de textes anciens et contemporains, de Sumer à nos jours, avec Philippe Fréchet, Patrick Reboud et Anne Calas. La soirée sera ponctuée d'interventions de Marie de Hennezel qui dialoguera avec le public à l'occasion de cette traversée littéraire. La soirée se poursuivra autour d'un verre.  Tarif unique: 10€

Une exposition de photos de Anne Mourier, Mathilde de Galbert, Ann Hamilton, Jean de Breyne et Anne Calas se tiendra à cette occasion

Les pastels de François Girault: une cartographie de l'intime

François Girault propose avec ses derniers travaux une traversée dans la couleur où la nature affleure sans jamais se dévoiler frontalement, nous laissant peu à peu entrer dans nos propres paysages intérieurs. Une sorte de cartographie intime, de lui à nous.

Après une vie professionnelle consacrée à la communication visuelle, François Girault affirme que la peinture demeure la seule véritable passion de sa vie. Avec l'écriture, il y consacre aujourd'hui le plus clair de son temps. Il vit et travaille à Monieux, en Provence.

Merci de nous avertir de votre visite  en nous appelant au 06 60 80 38 73 afin que nous puissions vous accueillir.

IMG_4653.jpg
P1150092.jpeg
IMG_4654.jpg

RÉSIDENCE D'ÉCRITURE - TRADUCTION du Sa'di d'Abbas Kiarostami

Bouclage de la traduction d'une sélection de poèmes du Sa’di az dashte khishtan faryâd, à paraître en version bilingue persan/français dans la collection po&psy princeps en 2018

par Amin Kâmrân, Franck Merger et Niloufar Sadighi, traducteurs,

avec Danièle Faugeras, directrice de collection

 

"La poésie persane, classique ou contemporaine, manifeste sa présence dans le cinéma d’Abbas Kiarostami de bien des manières, par exemple par une citation dès le titre du film ou à l’intérieur des dialogues, et par la reprise de motifs traditionnels comme le vent ou le chemin sinueux, motifs empruntés à la poésie mystique. Le titre du film bien connu Où est la maison de mon ami ? est ainsi repris d’un poème du grand poète contemporain Sohrâb Sepehri. D’une tout autre manière encore, le film Shirin montre le visage des spectatrices d’une adaptation cinématographique de l’épopée Khosrow et Shirin. On peut aussi rattacher à la poésie, mais à la poésie japonaise, et au haïku en particulier, la structure de maint film de Kiarostami, caractérisée par l’effacement de la narration au bénéfice de l’image, comme dans la série des films expérimentaux intitulée Five, véritables haïkus visuels.

Mais l’on ignore souvent qu’Abbas Kiarostami a lui-même publié des poèmes. Il a écrit de la poésie dès son plus jeune âge et a continué à le faire tout au long de sa vie. Le lecteur français peut lire sa poésie en particulier dans la collection bilingue « Po&psy » de l’éditeur Érès, où trois de ses recueils ont été réunis en 2014 sous le titre Des milliers d’arbres solitaires.

Abbas Kiarostami a publié un autre recueil Sa’di az dashte khishtan faryâd (Faryâd = Le Cri ou La Plainte) d’une manière toute particulière : il a puisé dans l’œuvre poétique de Sa’di, figure majeure du panthéon poétique iranien, des vers ou des distiques, et, en en transformant la disposition sur la page, a fait de chacun d’eux un poème bref. L’humour narquois, les jeux verbaux, le travail rythmique, sont partout présents. Le geste poétique de Kiarostami est à la fois anthologique et typographique. La poésie de Sa’di se transforme alors en poèmes de Kiarostami. À travers ce recueil apparaît un sujet poétique tout à la fois enclin au concret, moraliste, au vrai sens du terme, amoureux et anticlérical.

Ce recueil est fait de plus de six cents poèmes brefs. Un choix d’une centaine de poèmes sera publié en 2018 dans la collection « Po&psy », sous le titre Sa’di ivre d’amour."

 

Franck Merger

 

Les participants

 

            Amin KÂMRÂN a vécu à Chiraz jusqu’à sa venue en France, à Aix-en-Provence, il y a quelques années, pour y mener des recherches en droit constitutionnel comparé (France-Iran). Être né dans la ville de Hâfez et de Sa’di prédisposait Amin KÂMRÂN à l’amour de la poésie.

            Franck MERGER enseigne la littérature en khâgne à Aix-en-Provence. Il traduit en français des poètes italiens et persans. À Salon-de-Provence, il a créé en 2014 et co-organise depuis lors les « Archipels de la poésie ».

            Niloufar SADIGHI : née en Iran, elle a fait toute sa scolarité en France. Ancienne élève de l’E.N.S. Fontenay, agrégée de lettres modernes, diplômée des Langues Orientales en langue et civilisation persane, elle est professeur de lettres à l’Ecole Européenne de Bruxelles depuis 2007.

            Franck MERGER et Niloufar SADIGHI ont contribué à la traduction de l'œuvre poétique complète d'Abbas KIAROSTAMI parue en 2014 dans la collection PO&PSY in extenso sous le titre Des milliers d'arbres solitaires.

            Danièle FAUGERAS vit et travaille dans le Gard. Elle partage son activité d’écriture entre poésie, traduction et édition. Elle a créé en 2008 aux éditions ERES, et codirige depuis avec Pascale JANOT la collection de poésie PO&PSY et l'association du même nom, qui en assure la diffusion par la rencontre directe de publics variés, auxquels elle propose des manifestations souvent multimédias. 
Elle a publié plusieurs recueils de poésie, depuis Ici n'est plus très loin (2001) jusqu'à Quelque chose n'est, sur des dessins d'Alexandre Hollan, et Éphéméride 03, avec des dessins de Martine Cazin (2014).
Parmi ses traductions de poésie : Patrizia Cavalli, Paolo Universo, Issa (en collaboration avec PascaleJANOT), ainsi que les œuvres poétiques complètes d'Antonio Porchia et de Federico García Lorca.

Une soirée de lecture bilingue sera organisée à cette occasion.

Résidence de création / Rock de cuisine

du 15 au 17 JUIN 2017

151017-07-mandel-gerbelot-forum-jazzsra-29220-1575x2362.jpg

 

Rock de cuisine, un projet à laisser mijoter doucement

Michel Mandel : clarinettes
Guigou Chenevier : percussions, objets divers

-
 

 

 Après avoir fait bouillir la marmite ensemble pendant dix-sept ans dans le groupe de rock de chambre inclassable VOLAPÜK,  Guigou Chenevier et Michel Mandel remettent le couvert.

Ce nouveau projet en duo est porté par leur désir de revendiquer des choix musicauxradicaux. C'est une attitude, une urgencetout à fait rock qui leur sert d'aiguillon.

Ils imaginent un rock acoustique qui les représente et n'excluent aucune MVNI (Musiques Vivantes Non Identifiées).

Le terme de cuisine  fait ici référence à leur besoin de musique dans la proximité.  Leur besoin d'inventer d'autres formes pour partager avec le public l'élaboration d'une musique en train de se construire et d'en faire apprécier toutes les étapes. À Laisser mijoter doucement...